Le trafic au Faubourg de Cassel : « finalement c’est pas si pire !!»…

Publié le 9 Octobre 2015

Le président de la CCHF sur son blog émet des réserves sur les de 18 000 véhicules jour au faubourg de Cassel, nombre que nous reprenons sur nos différents écrits et déclarations, il nous dit entre autres : « Nous avons et ce à plusieurs reprises lu et entendu (ce chiffre de 18000) heureusement qu'il ne suffit pas d'inventer des chiffres et de les publier sur des réseaux sociaux pour qu'ils correspondent subitement à la réalité »

 

Là il nous faut bien admettre que nous avons, l’avis « éclairé » d’un expert et d’un praticien forcené dans  ce type d’exercice….

 

Alors réexaminons donc ces fameux chiffres et ce que nous conte encore le président de la communauté de communes :

« Un appareil de mesures fut installé par un laboratoire d'analyses, le 16 juin dernier au niveau du fleuriste "Menthe Poivrée"

Les mesures furent enregistrées du mercredi 17 au mardi 23 juin 2015.

Le trafic moyen par jour, dans les deux sens, est de 16.095 véhicules : 15547 véhicules légers et 548 poids lourds (Camions, autocars, tracteurs agricoles...) soit 3,40 % »

 

Essayons de comprendre et d’analyser, avec le peu qu’il nous raconte. Il parle de trafic moyen sur une période d’une semaine. Il doit s’agir, c’est une hypothèse, du trafic enregistré toute une semaine puis divisé par 7 jours pour obtenir ce qu’il appelle un trafic moyen par jour. Ce trafic intègre donc 5 jours ouvrés et 2 jours de week-end, avec un dimanche, qui à lui seul fait chuter fortement la moyenne.

Autre information apportée, l’appareil de mesure enregistre tous les véhicules entrant et sortant du faubourg de Cassel côté sud (côté Wormhout donc), il n’enregistre pas ceux, et ils sont nombreux, qui venant de Bergues, Hoymille, Hondschoote… Ou encore ceux de la métropole dunkerquoise qui traversent le faubourg jusqu’au centre commercial et s’en retournent, leurs achats ou livraisons terminés sans avoir, à aucun moment, été enregistrés puisque le comptage se situe à l’entrée opposée.

Pourquoi comme il le fait systématiquement sur presque tous les sujets se contenter de faire des annonces, lancer des chiffres et des résultats tronqués ? Pourquoi confisquer tout débat en s’abstenant de publier les résultats dans leur intégralité ainsi que la méthode appliquée pour cette énième étude ? Ce comptage comme tous les autres est supporté par les contribuables sans que ceux-ci puissent  en prendre connaissance de façon exhaustive. Et une fois réalisées, qu’advient-il de ces innombrables études, quelles analyses, quelles conclusions, quelles actions ? Aucune décision pertinente n’a jamais été prise. Rien n’est jamais transparent, il ne communique au mieux que des fragments d’information pour en arriver à une conclusion décidée au préalable. Tout citoyen aujourd’hui a le droit de savoir, il a besoin de comprendre et pour ce faire il doit pouvoir avoir facilement accès à toutes les informations, c’est le fonctionnement normal et moderne de toutes institutions démocratiques, à l’opposé, ces pratiques archaïques et cette opacité soigneusement cultivée par le président de la CCHF ne peut en rien le satisfaire.

Dans la continuité de ce mode de fonctionnement il ajoute dans son intervention, se presser de faire part de ces résultats aux « co-présidents » d’une association du faubourg, association qu’il qualifie régulièrement dans ses déclarations et ses écrits de «représentative» association d’une grande docilité , élevée avec sa bénédiction « au rang » de représentative parce que tel est « son  bon plaisir ». Une association par ailleurs subventionnée avec  bienveillance par les maires de Quaëdypre et de Socx, en juste récompense de sa collaboration indéfectible et inconditionnelle quel que soit le sujet et quelque soient les circonstances…

 

18 000 véhicules est donc sûrement le  nombre qui correspond à la réalité du trafic au Faubourg de Cassel comme le confirme un autre comptage réalisé de l’autre côté par le conseil général (1) au mois d’avril dernier, publié et disponible celui-ci dans son intégralité sur son site.

Mais qu’importe, que cela soit 16 000 comme il le suggère ou 18 000 comme ce qui est la réalité, là n’est pas l’essentiel, parce que, arrivé à ce niveau de nuisances, les décimales n’ont plus beaucoup de signification. Tout ceci n’est que la confirmation de leur incapacité, celle du président de la CCHF comme celle des deux maires, à solutionner ce problème en particulier comme beaucoup d’autres problèmes en général au Faubourg de Cassel, problèmes aggravés par de mauvaises décisions, par la mise en œuvre d’une politique à court terme et discriminatoire qui condamne depuis l’origine ce quartier et ses habitants à subir et subir encore…  

Et ils en sont encore au même stade depuis dix ans à se satisfaire de contempler, de compter et recompter encore, une circulation qui n’a cessé et ne cesse d’augmenter.

Le nombre de 16 000 véhicules par jour devrait être une bonne nouvelle ? Comme si 16 000 véhicules seraient plus supportables que 18 000 !...

Et pour s’intéresser aux faits, pendant qu’ils s’amusaient à compter les véhicules, dans le même temps, une habitante du faubourg de Cassel se faisait renverser en traversant la route sur un « passage protégé ». Blessée sérieusement elle a été emmenée par les pompiers au centre hospitalier de Dunkerque. Nous le répétons une fois de plus, les accidents se succèdent à des fréquences de plus en plus rapprochées, leur gravité comme le confirme ce dernier a franchi un nouveau stade. Chaque jour qui passe confirme l’urgence de sortir de cette situation, de ces faux prétextes pour ne rien faire, de ces fausses solutions. D’en finir avec ces inepties comme ce barreau de contournement (2) annoncé il y a plus de dix ans et toujours « à l’étude » c’est-à-dire au point mort et qui très vraisemblablement ne verra jamais le jour.

 

 

  1. Le comptage réalisé par le conseil général indique également que le pourcentage de poids lourds est de 5.39% (donc autour de 1000 poids lourds par jour) et que 85% du trafic circule entre 8 heures et 19 heures.
  2. Comme une entourloupe peut en cacher une autre, il est nécessaire de préciser que le « barreau de contournement rêvé » décrit par le président de la CCHF serait une voie parallèle à la D916 destinée à dévier la totalité de la circulation actuelle du faubourg. A l’heure où nous écrivons si l’entrée du barreau côté Quaëdypre peut être à peu près déterminée, le président n’a toujours pas trouvé le tracé et encore moins la sortie….Il n’est défini à aucun endroit de projet en dehors de ses affirmations et il n’existe pas le début du commencement d’un budget. Mais comme il le dit, il y travaille, juste que cela dure depuis dix ans et qu’il n’a toujours pas rendu sa copie…

Une autre version évoquée plus récemment consisterait à la fermeture des accès du centre commercial côté faubourg (entrée et sortie) et leur déplacement côté D110. Cette opération associée à la construction d’une pénétrante pour accéder uniquement au complexe commercial ne dévierait que très peu de trafic du faubourg. Une version donc très édulcorée et qui n’a rien à voir avec le  « barreau de contournement rêvé » sur lequel « travaille », depuis voici bien longtemps le président de la CCHF.

Rédigé par L'hirondelle

Repost 0
Commenter cet article