Concertation…mais pas trop

Publié le 26 Avril 2017

La première réunion avait soulevé de nombreuses interrogations restées sans réponse et une opposition au projet s’était très majoritairement exprimée. Elle devait être suivie d’un ou plusieurs autres rendez-vous dès le début d’année comme l’avait annoncé le président de la CCHF. En lieu et place il est programmé une réunion de clôture pour mettre fin au processus dit de concertation, encore une promesse du président de la CCHF restée sans suite.

Une réelle concertation, un véritable exercice démocratique en toute transparence, aurait pu être un plus, au lieu de cela il nous est présenté un projet incomplet, des études d’impact programmées, votées sans résultats connus ou publiés. Le président continue de gérer seul le projet sans rendre compte, une conception  très personnelle de la concertation.

Avec cette réunion de clôture, la CCHF remet le couvercle sur une concertation minimum qu’elle a subie, loi oblige, et qu’elle n’a jamais souhaitée. Il n’est pas de place pour le débat à la CCHF, le système est bien verrouillé, les comportements à quelques rares exceptions totalement moutonniers.  Notre association a dépensé du temps et de l’énergie à argumenter à essayer de convaincre et de démontrer aux élus la nocivité de cette extension commerciale. Nous avons, à tort, imaginé que nous avions dans ce rassemblement une communauté attentive, consciente de son devoir de contrôle et solidaire alors que nous n’avions qu’une communauté d’intérêts. C’est cela que son président a construit pour ce territoire, un machin sans vision globale sans objectif pour le long terme.

Les remarques et observations exprimées ont donc peu de chance d’aboutir, pour donner le change, quelques propositions à la marge seront prises en compte. Rien de fondamental qui mettrait en cause le projet ou gênerait  les intérêts de la SCI Picsou  ne sera retenu.

La publicité annonçant cette réunion, parue dans la presse précise que ce projet est « la traduction d’une volonté forte de favoriser la création d’emploi » alors que chacun sait que c’est le phénomène inverse qu’on constatera à terme mais peu importe puisque l’objectif premier est de faire rentrer des recettes fiscales à court terme. De la même façon on nous dit que ces aménagements se feront en respectant le paysage. Les constructions déjà en place ne respectent en rien les paysages, l’ajout d’une série de boîtes, parce que ce sera encore des boîtes ajoutera un peu plus de laideur et dégradera plus encore l’image de Bergues.

La CCHF a inscrit par ailleurs sa volonté de développer le tourisme alors que dans le même temps elle détruit l’image du site le plus touristique de son territoire. Elle se proclame défenseur de la ruralité en s’opposant aux fermetures de classes dans les villages et en devient le fossoyeur en  votant l’extension de la zone commerciale qui ruinera l’activité des commerces de  ses villes et villages.

Elle revendique le respect de l’environnement mais détruit les terres agricoles, et saccage des zones naturelles protégées (voir article ADELFA joint)

Elle dit améliorer la circulation au Faubourg, avec ce projet elle ajoute quelques milliers de véhicule aux 18 000 déjà existants. Pour soulager les habitants elle annonce la création d’un barreau de contournement financé par le département et destiné à  devenir départementale qui in fine ne le sera pas et sera à la charge de la CCHF. Elle annonce fermer l’accès depuis le faubourg à la zone commerciale, finalement on le  gardera.

Tout cela transpire comme à l’habitude l’improvisation, le bricolage, mais aussi l’incohérence qui va en s’aggravant à chaque étape d’un projet déjà plus que contestable aménagé au fur et à mesure de son avancement pour prendre en compte les intérêts d’une clientèle qu’il faut satisfaire, c’est ce qui guide l’action de nos élus, le Faubourg de Cassel en porte les stigmates.

La question des accès à la zone commerciale illustre bien ces méthodes, cette question avait été débattue au conseil municipal de Socx. Le maire était favorable au maintien des accès, suite à l’opposition argumentée de conseillers il avait été décidé qu’ils seraient supprimés, malgré cela l’accès sera maintenu contre la décision du conseil municipal. Le maire de Socx fonctionne de cette manière et nous sommes très inquiets concernant l’aménagement futur du faubourg s’il doit être finalisé par lui. Le schéma avec lui est invariable, un projet initial est présenté à la population élaboré par des techniciens, il est souvent empreint de bon sens et intègre l’intérêt du plus grand nombre. C’est après qu’il intervient, ses priorités bien hiérarchisées, d’abord ses intérêts et ceux de ses proches, ensuite ceux de sa clientèle qu’il a d’ailleurs concernant ce projet déjà entendu. C’est à leur demande qu’il a indiqué vouloir modifier la piste cyclable et limiter les espaces de plantation. Si on le laisse faire il ne restera rien du projet d’origine d’aménagement du quartier dont l’objectif doit rester l’amélioration des conditions de vie des habitants, ceux qui résident tous les jours de l’année dans ce quartier, une fois encore cela ne semble pas en prendre le chemin…

Source: Grain de sable n°46

Source: Grain de sable n°46

Source: Grain de sable n°46

Source: Grain de sable n°46

Source: Google

Source: Google

Rédigé par L'hirondelle

Repost 0
Commenter cet article