La charte à la crème

Publié le 27 Juillet 2014

Une subvention de quelques centaines d’euros a été accordée à l’action de promotion du commerce de proximité lors du dernier conseil communautaire. Tendance à la schizophrénie ou médiocre calcul politique ou les deux à la fois, permettent ce grand écart qui consiste à condamner d’une main le commerce de proximité en se faisant le promoteur inconditionnel des hyper surfaces commerciales, et de l’autre main, accorder une subvention pour promouvoir l’activité des futures victimes de cette politique.

Nouvelle facétie, sortie du chapeau du président, regrouper en ordre dispersé des commerçants menacés, avec une association de quartier complètement sous contrôle, et leur demander ensemble de participer à la rédaction d’une charte, tout en organisant parallèlement un grand tapage médiatique sur ce non-événement chargé d’arrières pensées tellement évidentes :

  • faire croire à une concertation, alors que l’essentiel, l’extension de l’hypermarché est inscrit comme un postulat sans être remis en cause. Là où le collectif l’Hirondelle des Faux Bourgs demande de supprimer les causes du mal, le président de la communauté de communes propose de discuter des soins palliatifs pour accompagner la disparition des commerces de proximité. Il n’y a aucune volonté de régler le problème mais comme à l’habitude celle d’occuper le terrain médiatique de faire croire que l’on se concerte alors que la décision a depuis longtemps été entérinée suite à un « deal» entre Picsou et le président de la CCCB de  l’époque, « deal » qu’il est nécessaire de rendre plus présentable afin de le faire approuver par la CCHF,  notamment aux élus qui bénéficient dans leur commune d’un commerce local qui risque de perdre beaucoup si cette opération se concrétise
  • tenter de contrarier la dynamique du collectif « l’Hirondelle des Faux Bourgs » en créant ce gadget plus « compréhensif » mis en place dans l’urgence, que l’on désignera comme interlocuteur privilégié
  • vendre cette charte comme devant régler tous les problèmes, comme devait l’être ceux liés à la circulation par un certain barreau de contournement du Faubourg de Cassel, refrain que le président de la communauté de communes reprend régulièrement dans ses interventions depuis pas moins de dix ans avec le résultat que l’on connaît. La stratégie est la même, l’issue sera identique.

Qui peut encore se laisser abuser par ces manœuvres tellement prévisibles parce que si souvent répétées ?

Il est un moyen simple, et c’est le seul, pour préserver le commerce de proximité c’est de refuser l’installation de nouvelles cellules commerciales ainsi que le doublement du centre commercial en activité.

Nous ne voulons pas de charte aussi inefficace qu’inutile et sans aucune valeur réglementaire, une simple opération (une de plus) de « foutage de gueule ». Nous ne voulons pas d’extension de la surface commerciale, et nous demandons que tous, que chacun des élus de la communauté de communes soient consultés, nous demandons une totale transparence, ce qui constituerait pour le coup une véritable révolution.

Aujourd’hui on tente de faire croire à tous ceux qui veulent bien l’entendre qu’en ce qui concerne l’extension commerciale tout est fait qu’il n’y a plus rien à faire, c’est faux, aujourd’hui rien n’est fait, c’est donc le moment pour notre collectif d’être particulièrement vigilant et mobilisé, sans se laisser impressionner ou abuser par ces petites et basses manœuvres récurrentes.

Rédigé par L'hirondelle

Repost 0
Commenter cet article

jacques 28/07/2014 08:48

peut etre que ceux qui écrivent cela font leurs courses dans les grandes surfaces

Habitant de Quaedypre 04/09/2014 19:30

Je fais mes courses chez Leclerc.
3000 m2, j'ai tout ce qu'il faut.
J'ai Lidl et Dia à côté.
Cela fait déjà pas mal.
Pour le reste j'ai la proximité de Dunkerque-Grande-Synthe,...
Quand-pensez vous ?

L'hirondelle 07/08/2014 22:39

Monsieur Jacques

Bien évidemment que des membres de notre collectif fréquentent de temps à autre les supermarchés. Le collectif L’hirondelle des Faux Bourgs n’est pas en croisade contre les supermarchés, il s’oppose simplement au développement incontrôlé et exponentiel de ceux-ci notamment dans le quartier du faubourg de Cassel.
Si nos politiques, maires et président de communauté de communes étaient en capacité d’apprécier la situation et de mesurer en plus des dérèglements immédiatement visibles, l’impact funeste à moyen et long terme de leur politique nous ne serions pas en train d’en discuter ici avec vous.