Billet du 02 juin

Publié le 2 Juin 2014

La CDAC qui s’est réuni le 15 mai a émis un avis défavorable à l’extension pour les implantations de CelioJennyfer et Tape à l’œil elle a toutefois émis un avis favorable à l’implantation de Foir’fouille dans une cellule déjà existante et inoccupée.

C’est une première victoire et une avancée en comparaison des précédentes commissions qui avaient toutes données leur accord sur les demandes d’extension de la zone commerciale.

Coté élus la seule argumentation contre ces nouvelles implantations est venue du Maire de Bergues. Le maire deQuaedypre Jean Claude DEKEISTER supposé représenter les intérêts  de ses habitants, en bon et obéissant petit soldat a voté en faveur des nouvelles implantations levant, s’il en était, toute équivoque le concernant et rejoignant ainsi son « brillant » prédécesseur et ses compères dans la funeste et déjà longue liste des fossoyeurs du faubourg de Cassel.

La communauté de communes représentée par un vice-président a également sans surprise  voté en faveur de ces extensions.

 

Qu’en pense chacun des élus de la communauté de communes ? Evidemment pas ceux déjà formatés par des années de résignation et d’accommodement à la communauté du canton de Bergues sous la complète dépendance de son président. A-t-on pris la peine de demander leur avis ? Ont-ils pris la peine de le donner ? Leur a-t-on fourni toutes les informations concernant les extensions, les projets à venir ? Quel était le mandat du représentant de la communauté de communes à la  CDAC, qui lui avait confié ? Quand cela a-t-il été débattu ? L’ensemble des élus a t’il été consulté ?Approuvent-ils les orientations prises ?

Ont-ils conscience de la responsabilité qui est la leur dans l’histoire qui est en train de s’écrire ? Bergues joyau régional,lieu historique avec ses fortifications, ses tours, son beffroi inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en passe d’être enfermé par une zone commerciale et/ou artisanale (doux euphémisme pour désigner l’autorisation de faire n’importe quoi) avec l’impact négatif immédiat au niveau des paysages l’équivalent d’un « bardage à distance » des fortifications,puis la diminution du nombre dcommerces locaux ainsi que ceux de la communauté de communes des Hauts de Flandres. La poursuite de la dégradation des conditions de vie des habitants du quartier, l’accentuation de la circulation, l’accroissement de la dangerosité comme le démontre une simple pré-étude de trafic avec le peu d’éléments en notre possession, un simple moment de réflexion suffisant pourbattre en brèche les fausses évidences assénées, martelées comme des postulats depuis beaucoup trop longtemps par le président de la communauté de communes.

Tous les élus cautionneraient cette politique d’implantation d’une zone d’activité sans en connaître les tenants et aboutissants ? Cette « stratégie invasive du nénuphar » qui consiste à saucissonner  les projets les uns derrière les autres et indépendamment les uns des autres, sans cohérence, à remplir un espace sans vision globale, sans étudier l’impact sur l’existant. Il est des bâtisseurs (des vrais) qui commencent,avant de compter par réfléchir, par prévoir ne serait-ce que les infrastructures, ici rien de tout cela, l’espace est laissé « àdiscrétion » à la libre utilisation de « la Bande à Picsou »

Rédigé par L'hirondelle

Repost 0
Commenter cet article

Ancien habitant du Faubourg 10/06/2014 21:16

Aux élus de la CCHF (Communauté de Communes des Hauts de Flandre).

Une réflexion pour nourrir le débat sur l’aménagement commercial au Faubourg de Cassel.


Un nouveau centre commercial à Bergues de 6000 m2, pourquoi faire ?
Offre actuelle en hypermarché sur la région Dunkerquoise :
- Auchan Grande-Synthe 13300 m2 (accès direct par A25 + A16) (accès depuis Bergues en 15-20mn)
- Carrefour Saint-Paul sur Mer 8685m2 (accès direct par A25 + transversale DK D601)
- Cora Coudekerque-Branche 8510m2 (accès direct par CD 916) (accès depuis Bergues en 15 mn)

Une offre commerciale en hypermarchés sur le Dunkerquois déjà suffisante.
Population CUD en 1990 209550 habitants et en 2010 197858 habitants (-11962 habitants en 10 ans)
Population sur ex CCB de Bergues : 15916 habitants (Dernier recensement Insee)
Une population vieillissante qui rencontre des difficultés à parcourir ces très grands centres commerciaux qui ne sont pas adaptés à leur quotidien.
Il faut certes prévoir l’avenir, mais les chiffres ne vont pas dans le sens de la nécessité d’augmenter l’offre commerciale en hypermarchés sur la région Dunkerquoise.
Durant la période 1990-2010 l’offre commerciale de ces 3 gros hypermarchés n’a pas régressée alors que le nombre d’habitants reculait sur le dunkerquois de façon notable.


Nuisances engendrées :
- augmentation significative du nombre de voitures sur la CD916 (Dunkerque-Bergues) sur un axe saturé depuis déjà de nombreuses années : 15000 à 18000 véhicules jour au Faubourg de Cassel dont/+ 1000 camions jour en 2013.
- déplacements supplémentaires de véhicules des villes de Esquelbecq, Wormhout vers ce futur grand centre commercial
- destruction du commerce local des centres villes de Bergues, Esquelbecq, Wormhout utile aux résidents locaux et aux personnes plus âgées.
- destruction de l’animation de nos centres villes.
- destruction de terre agricole fertile, emprise urbaine plus forte alors que l’on parle de densifier les zones urbaines pour éviter le recul des zones agricoles en France, recul devenu aujourd’hui très préoccupant.
- mise en place de revêtements bitumeux supplémentaires, la terre n’absorbe plus l’eau des précipitations naturelles et augmentent les possibles inondations dont il faut gérer ensuite les dégâts.
- plus de pollution liée aux déplacements générés alors que l’on connaît maintenant les effets néfastes des déplacements de véhicules sur le climat de la planète (voir études GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat)).
Il est impératif de les réduire si l’on veut préserver le futur.
- dégradation des conditions de vie des habitants du Faubourg de Cassel déjà fortement éprouvés par le flux quotidien actuel de véhicules. Insolvabilité des collectivités territoriales pour traiter un éventuel détournement de la CD916 pour rendre aux habitants un cadre de vie plus raisonnable. Les déficits et la dette sont aujourd’hui connus de tous. Il est urgent de les réduire. Il n’est plus envisageable aujourd’hui d’augmenter les impôts en l’état actuel des finances publiques et de leurs ressources.


En résumé une réflexion, concertée et mesurée s’impose avec toutes les parties prenantes pour préparer l’avenir dans le cadre d’un développement durable avant de s’engager.